img-slogan

Par , le

Scratchophone Orchestra - Plaisir moderne

7.5 / 101

Le Scratchophone Orchestra est une formation originale, fruit de la rencontre et de l’expérience de quatre musiciens confirmés. Ces dix dernières années Clément Royo (machines, programmation, percussions, guitare), Aurélien Mourocq (clarinette, chant), Armand Delaval (contrebasse électrique) et Gabriel Bonnin (violon, programmation) ont parcouru la France et l’étranger, notamment au sein de plusieurs formations de musique swing et nomades (Les Voleurs de Swing, les Noces Gitanes, Martine on the Beach, Le Gipsy Jukebox, Eldorado, Fingers in the swing).

C’est avec la maturité gagnée au fil du temps, qu’ils ont décidé de concevoir le Plaisir moderne, en fusionnant swing et musiques actuelles. Un electro-swing raffiné où la voix d’Aurélien teintée d’une couleur pop se mélange habilement aux samples vocaux de chanteurs Jazz de légende, et où clarinette et violon se mêlent aux vieilles sonorités des orchestres New Orleans des années 30. De là est né Plaisir Moderne, un album douze titres dont dix chansons, en français et en anglais, résolument ancrés dans le style électro swing. Mixant samples et sonorités vintages dans un format plus contemporain aux accents Hip-Hop et House, le groupe a tout particulièrement soigné l’équilibre entre musique instrumentale et production électronique.
(note de presse)

Label : 10'10
Tracklist
1.Mon héroïne [extrait]
2.My Little Dream [extrait]
3.Trump [extrait]
4.That Girl [extrait]
5.Lazy Lady [extrait]
6.Dance in White [extrait]
7.Keep Smoking [extrait]
8.Pour le plaisir [extrait]
9.Cabotin [extrait]
10.First Man [extrait]
11.Pacemaker Sisters [extrait]
12.Clubbing with Django [extrait]
 

vers Scratchophone Orchestrahttps://www.freezeec.com/upload/201807131500410.scratchophone-orchestra-plaisir-moderne.jpg Plaisir moderne
https://www.freezeec.com/upload/201807131500410.scratchophone-orchestra-plaisir-moderne.jpg

Sorti le 09 Feb 2018

Votre note :

Vidéo(s) / multimédia

Scratchophone Orchestra - Mon héroïne


Cette chronique est sous licence Creative Commons. Vous pouvez la reprendre sur votre site mais merci de mettre un lien vers cette page.