img-slogan

Par , le

Leila & Filastine - La Laiterie (11/02/09)

Ce soir là, Filastine (dont vous pouvez lire la chronique juste là sur le site) et Leila venaient nous dire bonjour pour un concert qui s'annonçait épique.
En effet, l'album Burn It de l'Américain, je l'ai saigné, les lives que l'on peut voir sur son myspace me faisaient saliver autant qu'un bulldog ayant la rage à qui on venait de faire un lavement buccal au savon ultramoussant.
Bref vous imaginez.

Quant à Leila, je ne connaissais que de réputation (DJ de Björk, ça va, y'a pire comme réputation). Un petit tour sur son myspace à elle, ne faisant que confirmer cette excellente réputation.
Si on ajoute à tout ça qu'avec la Carte Culture, le concert était à 5,5€, ça ne pouvait que bien s'annoncer.

On débarque juste à temps pour le début de Filastine et là, grosse baffe. C'est dansant à outrance tout en te faisant avoir honte d'être si heureux, vu la vidéoprojection. Beaucoup de morceaux du nouvel album, je n'ai reconnu que Crescent Occupation. Mais quel show. Dommage qu'il n'ait duré que 45 minutes.

Petite pause pour se réhydrater et on réattaque avec Leila. Comment définir ce concert ? Imaginez Jupiter. Dites vous que j'étais encore plus loin. Il n'y avait qu'à fermer les yeux pour quitter Strasbourg et se retrouver dans un univers parallèle où Leila, en déesse qui régissait tout ça, jouait avec mes émotions comme elle jouait avec ses platines.

Je ne peux que vous conseiller d'aller voir l'un ou l'autre de ces artistes s'ils passent près de chez vous, ça ne va pas vous décevoir. Au contraire !

 

vers Leila and Filastine La Laiterie (11/02/09)


Cette chronique est sous licence Creative Commons. Vous pouvez la reprendre sur votre site mais merci de mettre un lien vers cette page.