img-slogan

Par , le

24 mesures

7.5 / 101 Uncivilizedworld.com | Site officiel du film | Le film sur allociné.fr

Synopsis du film
"Helly, Didier, Marie et Chris : quatre jeunes gens que tout apparemment sépare... leurs destins vont brutalement se croiser un 24 décembre, au cours d'une nuit blanche qui fera basculer leurs vies... Helly, jeune mère qui tente de récupérer la garde de son fils, croise par hasard la route de Didier, un chauffeur de taxi. Puis brutalement celle de Marie, une provinciale mal dans sa peau.
Elles s'embarquent dans une étrange virée nocturne qui les conduira sur la côte normande jusqu'à leur rencontre avec Chris, un batteur de jazz. Ils finiront la nuit ensemble dans un dernier mouvement de fête, de libération..."

Note de presse
[...]"Dans ce film, tout est musique. Tout est danse. Comédiens, lumières, lieux, mouvements de caméra et narration semblent évoluer au même diapason, selon un tempo humaniste et nocturne, selon une structure imaginaire de 24 mesures (le double du jazz et du blues). Et dans ce registre musical, il y a bien sûr d'abord les décors : clubs de strip-tease, lieux de concerts, salles de répétition, clubs, dancefloor et autres voitures boostés au son d'un auto-radio. [...] Lespert décrit ainsi qu'il a construit son histoire entre ses quatre héros, comme si chacun venait, au cours de la nuit et au sein d'un même et long morceau, interpréter son solo. De plus, on retrouve dans ce beau film, déchirant et déchiré, de nombreuses scènes, et de magnifiques plans-séquences, parfois sans bruitages et sans voix, portées par la musique. Mais aussi des dialogues, dont le tempo, la psalmodie, le phrasé et le vocabulaire peuvent rappeler la chanson, le rap ou le slam.

En somme, la musique et le rythme semblent suinter de tous les pores de ce film. [...]Et c'est notamment l'équipe du label Uwe qui a apporté à ce long-métrange son expérience musicale pour le choix des titres [...]. On y entend ainsi parfois du rock, à l'image du psychédélique et délié Swans (Life After Death) des Canadiens d'Islands (ex-Unicorns, une formation qui rassemble des membres des géniaux Arcade Fire et Silver Mt Zion), dont les envolées accompagnent à merveille les errements de Helly, Didier, Marie ou Chris. On y perçoit aussi la scansion du rap, avec le fameux "93 Hardcore" de Tandem(Tandem), dont les rimes tranchantes reflètent bien la dynamique parfois désespérée du film (" Gros la rue n'est qu'un cerceuil ambulant / Il suffit d'un coup de feu pour qu'on appelle l'ambulance / Ouragan de violence pour un peu d'opulence ").

Mais c'est plus encore une musique de nuit, une musique de club et de dancefloor déchaîné que l'on entend ici. Une musique électronique sur laquelle les personnages viennent tanguer, mais plus souvent se perdre et s'aimer, à l'image du "Vampy", le titre très sexe d'Antipop et de la comédienne/DJ Asia Argento, du plus troublant et énergique "Boys Wanna Be Her" de la très provocatrice Peaches (Peaches), sans oublier le tube minimal, pop et très sensuel de l'Allemand Superpitcher (Superpitcher), "People" . Le DJ et producteur Manu Le Malin(Manu Le Malin) participe quant à lui pour la première fois à une B.O de film, avec quatre titres (dont trois inédits) à la violence contenue. Ce sont d'ailleurs les rythmes tapageurs du pionnier des raves et des free-parties qui viennent ponctuer le film et lui donner ce tempo si particulier entre dérive nocturne et courts moments d'extase. A l'évidence, la rencontre entre Lespert et le DJ français a été des plus fructueuses et des plus intenses.

Mais il est une autre musique de nuit, qui vient apporter au film un type de respiration différent, une ambiance à la fois plus douce et plus intense, c'est le jazz. On y retrouve en effet un personnage de jazzman, Marcus, interprété à merveille par le musicien Archie Shepp, dont la voix ouvre le film et le sax ténor vient illuminer sa dernière partie.[...] Sur cette B.O, on entend en effet sa voix magique, son timbre d'une richesse inouïe, qui semble rappeler aux musiciens, aux comédiens et aux personnages du film que " quoi qu'il arrive, il ne possède que douze mesures ", qu'un temps limité, pour exprimer leurs émotions. Et puis il y a bien sûr son sax, dont les accords du "Matin des noires" et une impro caché à la fin du CD, viennent donner cette couleur nocturne si particulière au film."

Note perso
Cette BO, (tout comme le film) n'est pas destinée au grand public. En effet je crois qu'elle est réservée aux noctambules, aux personnes qui vivent la nuit et qui aiment tout ce qui s'y passe.
En suivant l'ordre de la BO, on chemine du début de soirée, avec des titres qui montent progressivement en rythme et en intensité, jusqu'au petit matin où on atterrit dans un bar de Jazz/blues pour y boire un dernier verre...

Extrait Islands - swans
Extrait Antipop vs Asia Argento - vampy
Extrait Superpitcher - people

 

vers 24 mesures

Votre note :

Cette chronique est sous licence Creative Commons. Vous pouvez la reprendre sur votre site mais merci de mettre un lien vers cette page.